En tant qu’intendant du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, Parcs Canada a à cœur de préserver les écosystèmes du Canada et les espèces qui y vivent. Nous informons les gens sur les différentes aires et leurs vulnérabilités, nous surveillons les conditions et le nombre d’espèces, nous observons les effets des conditions météorologiques sur la flore et la faune et nous intervenons avec précaution lorsque cela est nécessaire. Dernièrement, les études sur les répercussions des changements climatiques sur ces lieux sont devenues de la plus haute importance. Les résultats obtenus jusqu’à présent sont clairs : les répercussions sont majeures. Et elles continuent de progresser.

Nous savons que nos visiteurs s’en préoccupent aussi. Les Canadiens aiment leurs parcs nationaux et nous savons qu’ils tiennent à ce qu’ils soient toujours préservés. C’est dans ce contexte de bienveillance et de dévouement envers le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard et l’environnement en général que ce projet spécial a pris naissance. Parcs Canada a travaillé en étroite collaboration avec la poète lauréate de l’Île-du-Prince-Édouard, Julie Pellissier Lush, une aînée de la Première Nation de Lennox Island, pour transposer les enseignements autochtones et nos propres espoirs d’un avenir plus sain et plus durable en mots, en images et en sons qui sont devenus la Promesse au parc. 

Maintenant, à vous de jouer. Lisez les mots. Écoutez la chanson. Visionnez la vidéo. Découvrez l'histoire qui se cache derrière

Et VOUS, quelle promesse ferez-vous pour aider notre environnement? Inscrivez-vous et faites votre promesse au parc. Si vous le pouvez, partagez votre promesse sur les médias sociaux et identifiez d’autres personnes pour contribuer à faire passer le message. #PromesseAuParc 

Promesse au parc | Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard

Transcription

C’est l’heure de chanter une promesse au parc

Les sept nouvelles directions nous apprendront à être forts

Je promets à l’Est

d’aimer la faune et la flore

Je promets au Sud

de laisser le parc comme je l’ai trouvé

Je promets à l’Ouest

de respecter la terre que foule mes pieds

Je promets au Nord que j’aurai le courage d’être tenace

d’être tenace

Je promets au ciel que je ferai tout pour le garder propre

Je promets de rester fidèle à mes rêves

Je promets à la Terre

d’être une âme consciente

Une promesse est une promesse alors

Je promets

background drumming and guitar strumming

Les directions m’enseignent

l’amour, l’humilité,

Le respect, le courage,

la vérité, la sagesse

et l’honnêteté.

Mon cœur sera

toujours là

avec des couchers de soleil époustouflants

L’eau et le sable, les dunes

et les sentiers avec des bancs pour me reposer.

(Drum beats and guitar strumming)

Du fond de mon cœur, je promets dans toutes les directions que je connaisse

Que je prendrai toujours soin de vous au fil des jours qui passent

C’est l’heure de chanter la petite promesse. Un promesse au parc.

Les 7 directions nous aideront à rester forts.

Promet Tu?

Je promets

Promet Tu, Je Promets

Promet Tu, Je Promets

Promet Tu, Je Promets

(Musique de guitar)

(Musique de guitare s’affaiblissant progressivement)


Écoutez cette version plus lente de la chanson Promesse au parc, parfaite pour chanter autour du feu de camp!

Réflexions de Julie Pellissier-Lush, le poète lauréate de l’Île du Prince Édouard et « Mi'kmaq Knowledge Keeper » … et auteure de la Promesse au parc!

Julie Pellissier-Lush, gardienne du savoir mi'kmaq, se tient en tenue d'apparat, tambour à la main levé, sur une falaise face à l'océan.

Cette idée de trouver un moyen de rendre l’expérience des visiteurs plus enrichissante a vu le jour il y a presque un an, lorsqu’on m’a demandé de faire équipe avec le merveilleux personnel de Parcs Canada pour composer un poème. Après tant de belles discussions et d’idées sur ce qui fonctionnerait à la perfection, l’idée d’une promesse au parc a pris forme. Les premières ébauches étaient des pages et des pages de poésie visuelle, dont les mots nous allaient droit au cœur avec le souvenir de toutes les choses que nos visiteurs auraient pu voir lors de leur passage et qui leur donneraient envie de revenir. Nous avons vite compris qu’il fallait aller au‑delà des images et des sons, que nous avions besoin d’un engagement et, pour cela, je savais que je devais partager quelque chose de tout à fait exceptionnel de notre communauté autochtone, quelque chose qui puisse faire écho à tous les visiteurs des parcs, à leur attachement et à leur engagement envers ces lieux qu’ils aiment.

L'œuvre Park Promise de Loretta Gould, représentant des images d'animaux, d'arbres, de nature et de personnes se tenant la main.
Illustration de Promesse au parc : Loretta Gould. 

Je savais que les sept directions et les sept enseignements sacrés étaient la voie à suivre pour que les gens puissent trouver de l’amour et du sens dans leur visite et surtout dans leur engagement. La première direction est l’Est, et l’enseignement est l’amour, représenté par l’aigle. La deuxième direction est le Sud, et l’enseignement est l’humilité, représentée par le loup. La troisième direction est l’Ouest, et l’enseignement est le respect, représenté par l’orignal. La quatrième direction est le Nord, et l’enseignement est le courage, représenté par l’ours. La cinquième direction est le haut, et l’enseignement est la sagesse, représentée par le castor. La sixième direction est le bas, et l’enseignement est la vérité, représentée par la tortue. La septième direction est l’intérieur, et l’enseignement est l’honnêteté, représentée par Glooscap ou un Sabé.

Ce ne sont là que quelques-uns de nos enseignements qui ont été transmis de génération en génération par les aînés qui observaient la nature, les animaux et les oiseaux pour découvrir les enseignements qui nous rendraient plus forts en tant que peuple. Lorsque nous avons pris ces enseignements, que nous les avons transposés dans le parc et que nous avons cherché à les adapter aux expériences des visiteurs, nous savions que nous avions trouvé la solution idéale pour créer la magie de la « Promesse au parc ». Ce projet permettra d’appliquer nos enseignements et de tous nous faire avancer dans la bonne direction.

Comment aider

Il existe de nombreuses autres façons de faire une promesse de contribution, à l’intérieur et à l’extérieur du parc national. 

En visit au parc

Une falaise rouge à Oceanview dans le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard, avec une falaise herbeuse verte au premier plan et un océan bleu calme et la ligne d'horizon en arrière-plan.

  • Participez à un programme d’interprétation – Découvrez toutes les façons dont Parcs Canada travaille à la conservation et à la protection des lieux exceptionnels au pays en vous joignant à nos interprètes pour l’un de nos programmes d’interprétation amusants.
  • Ne nourrissez pas les animaux sauvages – Nourrir nos amis à fourrure peut les amener à passer trop de temps près des routes et des lieux où nous vivons, ce qui les met en danger et propage des maladies.
  • Aidez-nous à garder le parc propre Ne laissez aucune trace! Jetez vos déchets correctement et rapportez chez vous tout ce que vous avez apporté au parc. En ramassant les déchets que vous voyez lors de votre visite du parc, vous contribuez à garder nos animaux sauvages sains et saufs, tandis qu’ils font de ce parc leur demeure et leur milieu de vie.
  • Informez-nous des autres visiteurs du parc – Ouvrez l’œil, car vous pourriez voir certaines de nos insaisissables espèces en péril. Prenez une photo et envoyez-la-nous! Signalez vos observations sur le site iNaturalist ou par l’entremise de notre ligne de messagerie texte pour les espèces en péril (902-200-1323). 
  • Ne marchez pas sur les dunes – Marcher sur les dunes peut endommager les plantes qui maintiennent cet écosystème fragile. Aidez-nous à les préserver en n’utilisant que les sentiers désignés dans le parc
  • Ne vous approchez pas des zones fermées – Nous devons parfois fermer certaines parties du parc pour protéger les espèces en péril et les écosystèmes fragiles. Si vous voyez des panneaux indiquant une zone fermée, veuillez ne pas y entrer. 
  • N’emportez pas ce joli coquillage ou cette pierre –  En retirant des objets du parc, vous risquez de priver nos petites créatures de leur maison et d’un camouflage important. Si vous voulez un souvenir, prenez une photo avec votre trouvaille préférée sur la plage et remettez-la à sa place. Ainsi, vous permettrez aussi aux autres, animaux ou humains, de profiter de la beauté du parc. 
  • Gardez votre chien en laisse – Vous êtes les bienvenus sur nos sentiers avec votre membre de la famille à quatre pattes. N’oubliez pas que pour la sécurité de votre chien et des autres animaux, il est important de garder votre chien en laisse lorsqu’il se trouve dans le parc. Veuillez noter que chaque année, du 1er avril au 15 octobre, les chiens (même ceux en laisse) et les autres animaux de compagnie sont interdits sur les plages du parc national de l’Î.-P.-É. De plus, les chiens ne sont autorisés sur aucune de nos plages du 1er avril au 15 octobre.

À la maison et en dehors du parc

Un pioui de l’Est perché sur une branche entourée de verdure luxuriante.

Photo du pioui de l’Est : Dale Murchison. 

  • Aidez les espèces en péril Signalez les observations de chauves‑souris (Canadian Wildlife Health Cooperative,1-833-434-2287) ou devenez un gardien du pluvier siffleur (lien en anglais seulement)! Envisagez de planter un jardin pollinisateur avec des plantes indigènes qui profitent aux pollinisateurs locaux – certains de nos insectes pollinisateurs indigènes sont maintenant des espèces en péril! Faites part de ce que vous avez appris sur les espèces en péril à votre famille et à vos amis!
  • Plantez des arbres, et n’enlevez pas les vieux arbres si possible – Les arbres produisent de l’oxygène et aident à purifier l’air. Plantez des espèces indigènes et évitez d’enlever les vieux arbres dans la mesure du possible. Les grands arbres produisent beaucoup d’oxygène et, même morts, ils servent de nourriture et d’abri à de nombreuses espèces, y compris un habitat précieux pour les oiseaux cavicoles.
  • Évitez les espèces envahissantes – Lorsque vous vous procurez des plantes pour votre cour ou votre jardin, assurez-vous qu’il s’agit de plantes indigènes. Les plantes non indigènes sont souvent belles, mais certaines sont envahissantes et ne tardent pas à prendre le dessus sur les espèces indigènes. De plus, elles ne présentent généralement aucun avantage pour les oiseaux et les insectes indigènes. 
  • Aidez à réduire les répercussions des changements climatiques – Réfléchissez chaque jour aux conséquences environnementales de vos gestes. Votre voiture et votre maison sont-elles efficaces sur le plan énergétique? Le simple fait d’éteindre les lumières lorsque vous quittez une pièce peut avoir un effet considérable au fil du temps.
  • Soyez attentif aux déchets – Participez au nettoyage des bords de route et encouragez les autres à faire de même. Lorsque vous faites de la randonnée ou allez à la plage, assurez-vous de rapporter ce que vous avez apporté. Triez correctement vos propres déchets et évitez les plastiques à usage unique qui augmentent le volume du flux de déchets. 
  • Bevenez un citoyen scientifique – Transmettez vos observations de la nature. La nature évolue rapidement autour de nous. Aidez-nous à garder la trace de notre précieuse faune en enregistrant la biodiversité dans votre propre cour. Téléchargez l’application iNaturalist pour que vos observations fassent partie des bases de données scientifiques utilisées pour surveiller l’évolution des espèces sauvages. 
  • Faites du bénévolat auprès d’un groupe local – Songez à participer à des organisations qui contribuent à changer les choses pour l’environnement. Elles ont probablement besoin de l’aide de personnes comme vous!

Faites votre promesse au parc