Bassin versant Kennedy FlatsBassin versant du lac Cheewaht

Bassin versant Kennedy Flats

Ruisseau insalubre 
Ruisseau insalubre
© Central Westcoast Forest Society

Le bassin versant Kennedy Flats, qui jouxte la réserve de parc national Pacific Rim, forme un paysage plat et unique en son genre, façonné par le recul des glaciers il y a 10 milliers d’années. Les dépôts de gravier ont offert une excellente frayère pour les saumons et ont abrité une vaste « usine à poissons » produisant des quantités impressionnantes de saumon sauvage. Mais la destruction de l’habitat des saumons a provoqué une forte diminution de leurs populations.

Rivières à saumon en déclin

La demande accrue de bois d’œuvre a contribué au développement de l’exploitation forestière industrielle à grande échelle sur la côte ouest entre les années 1950 et le début des années 1990. Le paysage de faible élévation du bassin Kennedy Flats a facilité l’accès à ses forêts anciennes. Pendant longtemps, on ne s’est pas soucié des conséquences environnementales de la coupe à blanc, pourtant ces pratiques ont nui à l’habitat des saumons de deux manières : premièrement, les chutes d’arbres provenant des coupes à blanc étaient placées dans les rivières pour créer des ponts et faciliter le transport du bois d’œuvre de valeur, ce qui a empêché les saumons de circuler dans les rivières. Deuxièmement, le gravier des lieux de ponte déposé par la fonte des glaciers a été retiré des rivières pour construire les routes nécessaires à l’exploitation forestière, ce qui a infligé des dommages importants aux rivières et provoqué le déclin des populations de saumon.

Restauration des rivières

Ruisseau salubre 
Ruisseau salubre
© Central Westcoast Forest Society

Selon la Society for Ecological Restoration International (en anglais seulement), la restauration écologique est le « processus qui favorise le rétablissement des écosystèmes endommagés ». Dans le bassin Kennedy Flats, le travail de restauration consiste à réparer les dommages causés par l’exploitation forestière industrielle. Les équipes de restauration ont enlevé la plupart des débris ligneux et des plantes indésirables dans les rivières et les zones riveraines (au fil de l’eau). Ces efforts permettront de rétablir les rivières et d’y ramener les saumons sauvages.

Une approche axée sur la collaboration

Le travail de restauration des rivières est une vaste entreprise qui requiert la collaboration d’organisations variées. Sous la direction de la Central Westcoast Forest Society (en anglais seulement), l’équipe de restauration se composent de membres provenant des Premières nations, des chambres de commerce, des gouvernements locaux, du secteur privé, du milieu scientifique et de Parcs Canada, de même que de citoyens préoccupés. Ces intervenants ont conscience de la nécessité de réparer ces rivières pour assurer la santé des écosystèmes et de l’économie locale.

Avenir des rivières à saumon

Le travail de restauration se poursuit à l’intérieur et à l’extérieur de la réserve de parc national Pacific Rim dans le bassin versant Kennedy Flats, et les ruisseaux Lost Shoe, Staghorn, Kootowis et Sandhill font l’objet d’importants efforts. Les groupes cités poursuivent un objectif commun et caressent l’espoir que des rivières vivantes et pleines de saumons coulent de nouveau pour les générations futures.


Bassin versant du lac Cheewaht

Vue vers le sud-ouest du lac Cheewaht depuis l’embouchure d’un de ses affluents salmonicoles.


Le bassin versant du lac Cheewaht se trouve sur le territoire traditionnel de la Première Nation Ditidaht et constitue un secteur d’importance culturelle. La plupart des sections nord et est du bassin versant (à l’exception du bord du lac) sont des terres publiques exploitées pour la production de bois. La forêt située au nord-est et à l’est du lac Cheewaht, qui s’étend jusqu’à la limite de la réserve de parc national Pacific Rim, a été exploitée entre 1984 et le milieu des années 2000. Les activités d’exploitation forestière et l’effondrement subséquent des berges en amont de la réserve de parc ont dégradé l’habitat de frai et d’alevinage du saumon dans la réserve de parc.

Toutes les frayères connues du lac Cheewhat se trouvent à l’intérieur des limites de la réserve de parc national Pacific Rim. Le bassin versant du lac Cheewaht abrite des populations de saumon rouge (Oncorhynchus nerka), de saumon coho (O. kisutch) et de saumon kéta (O. keta), ainsi que de truite arc-en-ciel (O. mykiss), de truite fardée anadrome et résidente (O. clarkii). Le saumon rouge commence à entrer dans le lac Cheewaht en février et le frai a lieu dans les cours d’eau qui se déversent dans le lac d’octobre à début décembre. Le frai a diminué dans ces cours d’eau en raison de l’instabilité de la pente ascendante causée par l’exploitation forestière et le remplissage subséquent des zones de halte migratoire et de frai privilégiées.

Les rivières à saumon rouge sur le déclin 

Le saumon rouge du lac Cheewaht était autrefois le poisson préféré de la Première Nation Ditidaht en raison de ses propriétés culinaires, de son abondance et de son accessibilité. Les montaisons de saumon rouge dans le lac à l’époque préindustrielle pouvaient atteindre 10 000 poissons. Des estimations plus récentes ont varié entre 500 et quelques milliers de poissons. Cette population de saumon rouge a d’abord été fortement touchée par la pêche au filet maillant à l’embouchure de la rivière Cheewaht et, à partir de 1982, par la dégradation de l’habitat de frai due à l’exploitation forestière. On craint que certaines montaisons limitées à des cours d’eau particuliers ne disparaissent si des mesures correctives ne sont pas prises rapidement.

L’un des affluents salmonicoles du lac Cheewaht pendant les mois d’été. L’eau s’écoule sous la surface en raison de la quantité excessive de sable et de gravier dans le lit du cours d’eau.

Plan de restauration des rivières à saumon rouge

De 2017 à 2019, Parcs Canada a consulté la Première Nation Ditidaht et d’autres gestionnaires de terres et parties prenantes de la région à propos d’un plan de restauration des rivières à saumon rouge dans le bassin versant de Cheewaht, notamment le ministère des Pêches et des Océans, West Forest Products Inc. et British Columbia Timber Sales. En 2020, la réserve de parc national Pacific Rim, en collaboration avec la Première Nation Ditidaht et des entrepreneurs, a entamé un processus de restauration de 1,1 km de rivières à saumons. Cela permettra d’améliorer les conditions de conservation du poisson, de frai et d’alevinage pour le saumon rouge et le saumon coho. Avec le temps, l’augmentation des montaisons de saumon profitera à l’ensemble de l’écosystème côtier, des arbres côtiers aux aigles et aux ours, en passant par les gestionnaires traditionnels des terres : la Première Nation Ditidaht.

Une approche collaborative

Parcs Canada reconnaît que la restauration du bassin versant du lac Cheewaht ne sera possible que si l’ensemble du bassin versant, c’est-à-dire à l’intérieur et à l’extérieur de la réserve de parc national Pacific Rim, est géré en collaboration avec un ensemble de gestionnaires de terres, notamment la Première Nation Ditidaht qui est présente sur ces terres depuis des millénaires.

Pour mener à bien cet important projet, le groupe de travail sur la restauration du lac Cheewaht a été créé en 2017. Le groupe de travail vise à faciliter la restauration du bassin versant du lac à un état aussi naturel que possible avant que tout développement, comme la récolte forestière durable, n’ait lieu. Le groupe de travail comprend une large représentation de groupes, d’organisations, d’entreprises et de ministères qui s’intéressent à l’intendance de la zone, notamment : 

  • la Première Nation Ditidaht;
  • le conseil tribal Nuu-chah-nulth/Uu-a-thluk;
  • Pêches et Océans Canada, notamment l’écloserie de Nitinat;
  • Parcs Canada;
  • le ministère des Forêts, des Terres et de l’Exploitation des ressources naturelles de la Colombie-Britannique;
  • British Columbia Timber Sales;
  • Western Forest Products;
  • Teal Jones;
  • MC Wright and Associates.
     

La Première Nation Ditidaht et l’équipe de Parcs Canada surveillent un ruisseau à saumon rouge qui a été entaillé pour être restauré.

Avenir des rivières à saumon et du lac Cheewaht 

La vision sur 20 ans est que le lac Cheewaht et le bassin versant environnant continuent d’être des exemples d’écosystèmes diversifiés et dynamiques qui soutiennent les collectivités locales, et que les collectivités les soutiennent à leur tour par à une utilisation responsable, une gestion attentive, une protection et une restauration lorsque nécessaire.

Saumon rouge entrant dans un affluent du lac Cheewaht pour frayer.