Cette semaine en histoire

Mack Sennett : « Le roi de la comédie »

Pour la semaine du lundi le 11 décembre 2017

Le 16 décembre 1913, le studio Keystone Film Company embauche Charlie Chaplin et, ce faisant, donne le coup d’envoi à la carrière d’un des comédiens les plus célèbres du cinéma muet. Le studio est dirigé par le cinéaste canadien Mack Sennett, qui se forgera la réputation d’être le « roi de la comédie ».

En 1880, Michael Sinnott (nom de scène : Mack Sennett) naît à Danville, au Québec. Ses parents sont des agriculteurs de souche irlandaise. Jeune homme, il déménage à New York où il espère faire carrière comme chanteur d’opéra. Il joue dans des spectacles burlesques et chante dans des chœurs à Broadway. En 1908, il fait la transition vers le cinéma muet lorsqu’il se joint à la troupe The Biograph Company. Comme acteur, il joue dans des films du célèbre réalisateur D. W. Griffith, tenant des rôles secondaires aux côtés de Mary Pickford (aussi née au Canada). Mack Sennett ne tarde pas à devenir scénariste pour ce grand réalisateur.

Les réalisateurs Cecil B. DeMille, D. W. Griffith et Mack Sennett, vers 1915
© Photo gracieuseté d’Orange County Archives

En 1912, fort de l’expérience qu’il a acquise à titre de réalisateur de productions humoristiques, Mack Sennett cofonde la société Keystone Film Company avec Charles O. Bauman et Adam Kessel, et déménage à Hollywood. Sous sa tutelle, Keystone produit des farces débridées extrêmement populaires, mettant en scène des poursuites en voiture rocambolesques et des lancers de tartes à la crème. Les films s’appuient sur les dernières innovations techniques et mécaniques, y compris des procédés techniques d’accéléré et de ralenti du mouvement. Toutefois, Mack Sennett se distingue surtout par son talent à reconnaître celui des autres. On lui doit d’avoir repéré des comédiens qui allaient figurer parmi les grandes étoiles de l’humour, créé des personnages populaires comme les Bathing Beauties (les belles nageuses) et les Keystone Cops (les policiers incompétents). En 1917, les comédies Keystone sont signées Mack Sennett, et dans les années 1920, ses films atteignent le sommet de leur popularité.

Dans les années 1930, des technologies cinématographiques mêlant le son à l’image permettent au public d’entendre les comédiens parler pour la toute première fois, et l’intérêt du public se tourne alors plutôt vers le cinéma parlant. Cette progression augure mal pour les grands du cinéma muet comme Sennett. Sous l’emprise de difficultés financières durant la Grande Crise, il déclare faillite et prend une brève retraite de 1935 à 1939. Même s’il se joint à nouveau à l’industrie du cinéma, Sennett ne réussit jamais à retrouver son succès d’autrefois.

En 1937, on lui remet un Oscar spécial comme « maître du rire » et « découvreur de vedettes » ainsi que « pour sa contribution imposante à la comédie portée à l’écran ». De plus, il est reconnu à titre posthume pour ses contributions avant-gardistes aux débuts de l’histoire du cinéma. Il s’est mérité une étoile dans le Walk of Fame, à Hollywood, et dans l’Allée des célébrités canadiennes, à Toronto. Au cours de sa carrière, il a contribué à la création de plus de 1 000 films. À peine la moitié de ceux-ci existent encore aujourd’hui. Certains ont été restaurés et peuvent être visionnés en ligne.

L’industrie cinématographique a inspiré la construction de grandes salles de cinéma impressionnantes, comme les théâtres Outremont et Rialto, tous deux déclarés lieux d’importance historique nationale. Pour en savoir plus, lisez les articles sur La canadienne chérie des Américains et sur L’âge d’or des cinémas, dans les archives de Cette semaine en histoire.

Suivez-nous sur Twitter @Parcs Canada. Apprenez-en plus à propos de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Explorez Canada 150!

Date de modification :